Comme un regard sur nos trésors passés

Comme les peintures de maîtres, l’Art lyrique a sa palette de couleurs distinctes. Sans en dénaturer le propos et l’essence, le choix des saisons se monte comme une collection associant les visions, les voix et les interprétations de chaque artiste présent, comme un regard nouveau sur nos trésors du passé.

Pour la saison 2017-2018, l’Opéra de Monte-Carlo a choisi de vous faire revisiter des titres qui n’ont pas été donnés depuis plusieurs années, et d’autres, comme I masnadieri ou encore Peter Grimes, qui n’ont encore jamais été joués en Principauté.

Pour les interpréter, nous avons réuni des stars lyriques de la scène internationale et des jeunes talents empruntant leur sillage, comme Marina Rebeka et Joseph Calleja que nous entendrons pour la première fois à Monte-Carlo dans Faust. Nous avons choisi de vous faire découvrir toutes les possibilités de leur nuancier ; Juan Diego Flórez sera pour la première fois Hoffmann, dans l’opéra fantastique de Jacques Offenbach, Ramón Vargas incarnera Carlo dans I masnadieri de Giuseppe Verdi, José Cura, que vous avez entendu dans Tannhäuser la saison dernière, vous montrera une autre facette de son talent dans Peter Grimes de Benjamin Britten, en février prochain. 

Comme le peintre a ses teintes, un directeur d’opéra a matière à recréer chaque année un programme différent, riche d’expressions nouvelles, de choisir l’harmonie qu’il veut partager, de donner à chacun l’espace nécessaire pour exprimer ses émotions et sa virtuosité.

Jean-Louis Grinda
Directeur de l'Opéra de Monte-Carlo