Dessay | Dumaux | Haïm

La rencontre de la soprano Natalie Dessay et du chef d’orchestre Emmanuelle Haïm avec la musique de Haendel est une de ces fructueuses associations que les grandes scènes ne peuvent ignorer. Le moment le plus emblématique de cette collaboration est certainement la prise de rôle de la soprano en Cléopâtre de Giulio Cesare sur la scène de l’Opéra de Paris, il y a trois ans. Les multiples facettes de la personnalité de la reine d’Egypte ont inspiré Haendel comme jamais. Le personnage est doté d’un nombre singulier d’airs tantôt brillants, lyriques ou éthérés. Dans quel autre opéra du compositeur allemand trouver une aussi belle vitrine pour l’art du chant de son interprète ? Celle-ci doit y apporter sa science du legato, son art de l’ornementation et une immense palette de couleurs afin de transcrire les états d’âme de la souveraine tourmentée. Sous la baguette d’Emmanuelle Haïm et accompagnée par Le Concert d’Astrée, le bel canto baroque de Haendel résonnera sous les ors de Garnier, magnifié par le chant de Natalie Dessay et du haute-contre Christophe Dumaux.

Orchestre Le Concert d’Astrée

Salle Garnier
Opéra de Monte-Carlo

Direction musicale
Emmanuelle Haïm

Cleopatra
Natalie Dessay​ soprano
Giulio Cesare
Christophe Dumaux haute-contre

Programme Giulio Cesare (extraits), Georg Friederich Haendel