La Damnation de Faust

Hector Berlioz

_________________________

Légende dramatique en quatre parties
Musique 
d’Hector Berlioz (1803-1869)
Livret original d’Hector Berlioz et Almire Gandonnière d’après la traduction du Faust de Johann Wolfgang von Gœthe par Gérard de Nerval.
Création : Paris, Opéra-Comique, 6 décembre 1846

Version de concert
_________________________

Première à l’Opéra de Monte-Carlo, le 18 février 1893
Dernière à l’Opéra de Monte-Carlo, le 14 décembre 1972
_________________________

Une question taraude les milieux musicaux en cette seconde moitié du XIXe siècle : La Damnation de Faust d’Hector Berlioz est-il un oratorio ou bien un opéra ? Et c’est Raoul Gunsbourg, directeur de l’Opéra de Monte-Carlo, qui apportera en 1893 la réponse la plus spectaculaire : il met en scène l’œuvre de Berlioz pour la première fois, qui plus est de manière novatrice et iconoclaste. Cette audace, couronnée d’un immense succès, sera vue en tournée au-delà des frontières et la scène monégasque deviendra à partir de ce coup d’éclat l’un des théâtres les plus créatifs d’Europe.

Il est probable que les modifications radicales apportées à la partition par Gunsbourg ne pourraient être acceptées à notre époque particulièrement attachée aux versions originales des œuvres. Il était important pour l’Opéra de Monte-Carlo, à l’occasion du 150e anniversaire de la mort d’Hector Berlioz, de renouer avec cet ouvrage majeur de l’histoire de la musique française tout en respectant son intégrité. Et cela est possible en soulignant ce qui a fondamentalement contribué au succès de la première représentation monégasque : le soin tout particulier apporté au choix des interprètes.

Chœur de l’Opéra de Monte-Carlo
Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo

SALLE YAKOV KREIZBERG • AUDITORIUM RAINIER III
  • ♦ 15 décembre 2019 - 15 H 00 
  • ♦ 17 décembre 2019 - 20 H 00 
RÉSERVER EN LIGNE

_________________________

Direction musicale Kazuki Yamada

Marguerite Sophie Koch
Faust Jean-François Borras
Méphistophélès Erwin Schrott
Brander Frédéric Caton
_________________________