Jean-Louis Grinda

Au sein de la saison qui vous est proposée, certains chercheront l’aventure, d’autres l’exploit, l’émotion ou même l’oubli. Autant de raisons différentes d’assister à une représentation d’opéra ou d’entendre un grand soliste en concert.

Les artistes réunis chercheront quant à eux la justesse de l’interprétation, l’honnêteté par rapport au texte musical et la sincérité dans la communion avec leur public. Je dis bien leur public car, ce soir-là, le public sera à eux... et pas l’inverse !
En réalité, artistes et spectateurs seront complices pour tenter de partager un moment très rare que l’on peut définir comme étant la grâce. On l’atteint parfois, on l’effleure toujours.
Et ce simple effleurement possède l’étrange pouvoir d’émouvoir, d’alléger le poids de l’existence et, en une seconde ou quelques heures, de suspendre le temps.
Qui a entendu Cecila Bartoli interpréter « Lascia la spina » me comprendra parfaitement...

Ces moments de grâce, qu’elle soit effleurée ou vécue, sont au coeur même de tout projet artistique.
Venir les partager, c’est accéder à une forme de joie.
La joie d’être étonné…

Jean-Louis Grinda
Directeur de l’Opéra de Monte-Carlo