Calendrier
TOUS LES SPECTACLES SE JOUENT à L’OPÉRA DE MONTE-CARLO
Janvier 2023
vendredi
20 janvier
19 H (Gala)

Opéra
Abonnement Galas
Alcina
Haendel
dimanche
22 janvier
15 H

Opéra
Abonnement Matinées
Alcina
Haendel
mardi
24 janvier
19 H

Opéra
Abonnement Soirées
Alcina
Haendel
mercredi
25 janvier
20 H

Concert de chœur
Abonnement Galas
Stabat Mater
Rossini
jeudi
26 janvier
19 H

Opéra
Alcina
Haendel
Février 2023
dimanche
19 février
15 H

Opéra
Abonnement Matinées
Andrea Chénier
Giordano
mardi
21 février
20 H (Gala)

Opéra
Abonnement Galas
Andrea Chénier
Giordano
jeudi
23 février
20 H

Opéra
Abonnement Soirées
Andrea Chénier
Giordano
samedi
25 février
20 H

Opéra
Andrea Chénier
Giordano
Mars 2023
vendredi
10 mars
20 H

Récital
Abonnement Soirées
Daniel Barenboim
vendredi
17 mars
20 H (Gala)

Opéra
Abonnement Galas
La traviata
Verdi
dimanche
19 mars
15 H

Opéra
Abonnement Matinées
La traviata
Verdi
lundi
20 mars
20 H

Opéra par la Staatsoper de Vienne
Abonnement Galas
Le nozze di Figaro
Mozart
mardi
21 mars
20 H

Opéra
La traviata
Verdi
jeudi
23 mars
20 H

Opéra
Abonnement Soirées
La traviata
Verdi
Avril 2023
dimanche
16 avril
15 H

Opéra
Abonnement Matinées
Il barbiere di Siviglia
Rossini
lundi
17 avril
20 H

Opéra-marionnettes
Abonnement Soirées
L’Orfeo
Monteverdi
mardi
18 avril
20 H (Gala)

Opéra
Abonnement Galas
Il barbiere di Siviglia
Rossini
jeudi
20 avril
20 H

Opéra
Abonnement Soirées
Il barbiere di Siviglia
Rossini
samedi
22 avril
20 H

Opéra
Il barbiere di Siviglia
Rossini
Giordano
Andrea
Chénier
19, 21, 23, 25 février 2023
Opéra
Direction musicale Marco Armiliato
Mise en scène Pier Francesco Maestrini

Giordano Andrea Chénier

Opéra
dimanche 19 février 2023 - 15 h
mardi 21 février 2023 - 20 h (Gala)
jeudi 23 février 2023 - 20 h
samedi 25 février 2023 - 20 h
Opéra de Monte-Carlo

Drame historique en 4 tableaux
Musique d’Umberto Giordano (1867-1948) 
Livret de Luigi Illica
Création : Milan, Teatro alla Scala, le 28 mars 1896

Nouvelle production, en coproduction avec le Teatro Comunale de Bologne

Ne serait-ce pas un opéra écrit par un compositeur italien –Umberto Giordano–, sur un texte d’un librettiste lui aussi italien –le célèbre Luigi Illica– et créé sur la scène de la Scala de Milan qui décrirait le plus viscéralement la violence et les excès de la Révolution française?

Fleuron de la Giovane Scuola, Andrea Chénier est bien plus qu’une série d’airs et duos mémorables offerts à ses trois principaux solistes. C’est aussi une œuvre chorale dont les multiples personnages sont croqués d’un trait vif et avec une justesse remarquable. Ainsi se superpose, au récit poignant de l’amour qu’éprouve jusqu’à la mort la jeune Madeleine de Coigny pour le poète André Chénier, une habile description du basculement de l’Ancien Monde vers des temps incertains, mais aussi des pulsions destructrices qui habitent l’être humain dès que les normes sociales de son environnement tendent à disparaître.

Mise en scène par Pier Francesco Maestrini, cette nouvelle production verra les débuts in loco du très attendu Jonas Kaufmann aux côtés de Maria Agresta dans le rôle de Madeleine de Coigny.

Maîtres d'œuvre
Direction musicale | Marco Armiliato
Mise en scène | Pier Francesco Maestrini
Décors et création vidéo | Nicolàs Boni
Costumes | Stefania Scaraggi
Lumières | Daniele Naldi
Chorégraphie | Silvia Giordano
Chef de choeur | Stefano Visconti
Distribution
Andrea Chénier | Jonas Kaufmann
Carlo Gérard | Claudio Sgura
Maddalena De Coigny | Maria Agresta
La Mulâtre Bersi | Fleur Barron
La Comtesse de Coigny | Annunziata Vestri
Madelon | Manuela Custer
Roucher | Alessandro Spina
Fléville | Andrew Moore
Fouquier-Tinville | Giovanni Furlanetto
Mathieu | Fabrice Alibert
Un Incroyable | Reinaldo Macias
L'abbé | David Astorga
Schmidt/Dumas | Eugenio Di Lieto
CHŒUR DE L’OPÉRA DE MONTE-CARLO

ORCHESTRE PHILHARMONIQUE DE MONTE-CARLO
Quelques mots avec…

Jonas Kaufmann

Que représentent pour vous Monte-Carlo et son légendaire Opéra ?

Jusqu’à présent, j’ai chanté à Monte-Carlo au Grimaldi Forum et au Casino, mais pas encore sur la scène de la salle Garnier. Je suis d’autant plus impatient de me produire prochainement dans cette version miniature du Palais Garnier.

 

Le célèbre directeur de l’Opéra de Monte-Carlo Raoul Gunsbourg, qui a dirigé la maison pendant soixante ans, raconte qu’il rencontra un jour à Milan un ténor affamé qui le supplia de lui offrir du travail. Pris de pitié, il l’engagea, ce qui marqua le début de l’une des plus grandes carrières : celle d’Enrico Caruso. Même s’il s’agit probablement d’une légende, est-il important pour une carrière à l’opéra de rencontrer la bonne personne au bon endroit ? 

Je pense que c’est absolument crucial Je pense à ma première rencontre avec Alexander Pereira, qui m’a immédiatement fait venir à Zurich. Ou encore à une audition à la Staatsoper de Munich : les auditeurs munichois ont refusé avec élégance, mais le directeur de casting du Lyric Opera de Chicago, qui était présent à l’audition, m’a engagé. C’est ainsi que j’ai pu faire mes débuts aux États-Unis. J’ai du mal à imaginer qu’une carrière internationale puisse démarrer sans de telles rencontres. 

 

En parlant d’Andrea Chénier, que représente pour vous cet opéra, quels sont les défis qu’il offre en termes de contenu, de vocalité et de jeu scénique ?

Je pense que jouer un personnage historique est fantastique, parce que vous avez accès à de nombreuses informations de fond que vous pouvez incorporer à votre interprétation. De plus, le rôle d’Andrea Chénier est très gratifiant musicalement et vocalement, c’est à mes yeux un chef d’oeuvre absolu. Et c’est un opéra grâce auquel de nombreux grands ténors du passé sont devenus immortels, notamment Franco Corelli. À cet égard, c’est toujours un honneur particulier pour moi que de pouvoir chanter cet « opéra de ténor ».

 

Comment et quand avez-vous rencontré Cecilia Bartoli ?

J’ai rencontré Cecilia à Zurich, lors de notre production commune de l’opéra Nina de Paisiello, il y a très longtemps. Mais nous ne nous sommes jamais perdus de vue depuis lors.

 

Des chanteurs deviennent assez régulièrement directeurs de maisons d’opéra. Pourriez-vous vous imaginer vous aussi dans ce rôle ?

J’ai reçu plusieurs propositions sérieuses dans ce sens mais, pour le moment, je me sens trop chanteur et interprète pour pouvoir me concentrer sur une telle tâche. Je serais toutefois heureux qu’il y ait davantage de directeurs artistiques ayant une expérience des métiers de la scène.